Hunger games, Tome 1, Suzanne Collins

Hunger  Games
Suzanne Collins, américaine. // 2009 – 399 pages – Ed. Pocket jeunesse.  // Catégorie – Science-fiction.
Synopsis.
Les Hunger Games ont commencé. Le vainqueur deviendra riche et célèbre.
Les autres mourront…
Dans un futur sombre, sur les ruines des Etats-Unis, un jeu télévisé est créé pour contrôler le peuple par la terreur.
Douze garçons et douze filles tirés au sort participent à cette sinistre téléréalité, que tout le monde est forcé de regarder en direct. Une seule règle dans l’arène : survivre, à tout prix. Quand sa petite soeur est appelée pour participer aux Hunger Games, Katniss n’hésite pas une seconde. elle prend sa place, consciente du danger. A seize ans, Katniss a déjà été confrontée plusieurs fois à la mort. Chez elle, survivre est comme une seconde nature… 
l’avis. 

Ce livre m’est venu entre les mains sous les conseils d’une amie de la fac. Confessant mon attrait pour la pschologie lorsque le thème des livres est venu sur la table la demoiselle m’a glissé le nom de Suzanne Collins, m’assurant que l’histoire devrait me plaire. D’accord. Un mois après j’achetais le livre, séduite par l’histoire de la télé-réalité, qui me faisait penser au livre d’Amélie Nothomb (un peu dans le même thème selon mes souvenirs, bah oui je ne l’ai pas lu). Alors cette lecture qu’est-ce qu’elle a donné ? 

De manière globale, je dois dire que c’est une histoire prenante. Le style d’écriture de l’auteur aidant pas mal, c’est fluide, sans construction de phrase excessivement compliquée. Très simple à lire. Après si je dois parler de l’histoire, je ne vais pas mentir, le concept ne m’a pas deçu, voire pas du tout même. L’horreur de la chose est très bien expliquée à travers l’histoire de cet nouvelle Amérique. On comprend bien comment ils en sont arrivés là, pas de soucis d’un point de vue chronologique. C’est même assez effrayant, car le cheminement n’est pas tiré par les cheveux.

Niveau personnages c’est assez bien réussi. Katniss le personnage principal me plait bien dans son caractère d’aventurière, fille qui se découvre dans un univers où elle doit lutter pour sa survie, sans parler de ses réflexions cinglantes et cyniques. Je ne m’attendais pas forcément une « histoire d’amour » en me plongeant dans la lecture, mais j’ai apprécié. Emouvant. Captivant. On se pose beaucoup de question sur le devenir de ces deux « amants maudits ». Pour rester sur les personnages, comme toujours je m’attache soit à ceux qui n’ont pas de valeurs, soit à ceux aux destins tragiques. Et bien voilà, ça n’a pas loupé. Mon personnage coup de coeur est sans hésitation : Rue. C’est d’ailleurs grâce à ce personnage que l’on rentre définitivement dans l’esprit du livre (si ce n’était pas encore le cas).

Par contre, je ne m’attendais pas forcément que le jeu soit bouclé en un seul livre. Du coup à la vue de cette fin de jeu, j’ai hâte de lire la suite, ce sera l’occasion d’explorer un peu plus ce monde effrayant mais pas dénué de sens pour autant. Pour le coup j’attends donc beaucoup de la suite. Je crains la déception.

Quoiqu’il en soit je reste sur un avis très positif sur ce premier livre de la saga. Je suis donc la vague des avis positifs. Ce qui me fait attendre avec curiosité le film qui a été annoncé. Comme d’habitude je sais que je n’aimerais pas. Les adaptions me plaisent que très rarement.

Je lirais très certainement la suite de la saga. Je veux en savoir plus. Voir l’évolution de Katniss et Gale. Je suis intriguée par Gale, plus quepar Peeta en fait. Donc affaire à suivre !

entre les pages.

« Couché sur les genoux de Prim, protecteur, se tient le chat le plus laid du monde. Il a le nez aplati, il lui manque la moitié d’une oreille et ses yeux sont couleur de vieille courge. Prim a insisté pour le baptiser Buttercup -Bouton d’Or-, sous prétexte que son poil jaunâtre lui rappelait cette fleur. Il me déteste. En tout cas, il ne fait pas confiance. Même si ça remonte à plusieurs années, je crois qu’il n’a pas oublié que j’ai tenté de le noyer quand Prim l’a rapporté à la maison. Je n’avais vraiment pas besoin d’une bouche de plus à nourrir. Mais Prim a tellement supplié, pleuré, que j’ai dû céder. Il n’a pas si mal grandi. Ma mère l’a débarassé de sa vermine, et c’est un excellent chasseur. Il lui arrive même de nous faire un cadeau d’un rat. Parfois, quand je vide une prise, je jette les entrailles à Buttercup. Il a cessé de cracher dans ma direction.
Des entrailles. Pas de crachats. C’est le grand amour.
»

« Mon caractère. C’est une nouveauté. Je ne sais pas exactement ce qu’il faut comprendre par là, mais ça laisse entendre que je suis une guerrière. Une fille courageuse. Ce n’est pas comme si je n’étais amicale envers personnes. D’accord, je n’aime peut-être pas tous ceux que je rencontre, peut-être que mes sourires sont plus rares que d’autres, mais il y a des gens que j’apprécie.  »

« Rue , vêtue d’une robe arachnéenne surmontée de deux ailes, trottine jusqu’à Caesar. Le silence se fait dans la foule à la vue de cette petite fée. Caesar se montre très gentil avec elle, la complimente pour son sept à l’entraînement, un excellent score pour une si petite fille. Quand il lui demande quel sera son principal atout dans l’arène, elle n’hésite pas.
– Je suis très difficile à attraper, dit-elle d’une petite voix fluette. Et si on ne peut pas m’attraper, on ne peut pas me tuer. Alors ne m’enterrez pas tout de suite.
»

se procurer le(s) livre(s)
Publicités